Language:

Enfance

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page
Enfance (2009), 2009:241-256 NecPlus
Copyright © Nec Plus / Association scientifique Henri Wallon 2009
doi:10.4074/S0013754509002067

Research Article

Dès 5 ans, les filles rejettent l’obésité


Françoise Askevis-Leherpeux c1 and Loris T. Schiaraturaa1

a1 Université Lille Nord de France, Laboratoire PSITEC
Article author query
askevis-leherpeux f [Google Scholar]
schiaratura lt [Google Scholar]

Résumé

Cette étude avait pour objectif majeur de tester l’hypothèse d’une asymétrie de genre dans la stigmatisation de l’obésité chez des jeunes enfants. Elle avait aussi pour objectif de tester si, dès ce jeune âge, l’obésité est associée à une perception de responsabilité (perception des causes) et de contrôlabilité (perception des solutions).

On a demandé à des filles et des garçons, âgés de 5 et 6 ans, de ranger par ordre de préférence décroissante six dessins représentant des filles et des garçons variant en corpulence (maigre, obèse et intermédiaire). Puis on leur a demandé de répondre à un questionnaire mesurant leurs perceptions des causes et des solutions.

Les résultats confirment que le rejet des enfants obèses, de même sexe ou de sexe opposé, est plus marqué de la part des filles que des garçons. Ils montrent également que, si garçons et filles penchent vers des explications internes de l’obésité, seules les filles soulignent que l’obésité est contrôlable. Elles ajoutent que faire du sport peut être une solution efficace.

Ainsi, dès ce très jeune âge, la stigmatisation de l’obésité traduit une asymétrie de la catégorisation de genre. Les filles, particulièrement sévères à l’égard de leurs pairs obèses, pensent que l’obésité peut se maîtriser et semblent avoir internalisé les standards normatifs de la beauté féminine.

Abstract

The major aim of this study was to test gender asymmetry of body-size stigmatisation in preschool children. It also examined to what extent very young children associate overweight with responsibility (cause perception) and controllability (solution perception).

Five and six year-old boys and girls were asked to rank six drawings differing in terms of gender (girls vs. boys) and body size (thin, obese, and average-size). They were then asked to answer a questionnaire measuring perceived causes and solutions.

Results first confirmed that either male or female obese children were more rejected by girls than by boys. They also revealed that both girls and boys associated overweight with internal causes, but only girls thought that overweight is controllable, suggesting that doing sport may be appropriate to overcome overweight. Thus, even at a very young age, over-weight stigmatisation is biased by gender category asymmetry. Girls are especially severe against overweight peers. They think that overweight is controllable and seem to have internalized normative standards of feminine beauty.

Mots clés:stigmatisation ; obésité ; genre ; asymétrie ; responsabilité ; contrôlabilité

Key-words:stigmatisation; obesity; gender; asymmetry; responsibility; controllability

Footnotes

Toute correspondance est à adresser à Françoise Askevis-Leherpeux, Université Lille Nord de France, Laboratoire PSITEC, Domaine Universitaire du Pont de Bois, 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex, France, e-mail : francoise.askevis-leherpeux@univ-lille3.fr


Related Content