Language:

Revue d’études comparatives Est-Ouest

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page
Revue d’études comparatives Est-Ouest (2009), 40:37-62 NecPlus
Copyright © Nec Plus 2009
doi:10.4074/S0338059909003027

Dossier : La famille d’Est en Ouest : un demi-siècle de transformations en Europe

La séparation des parents en France et en Russie : situation et évolution des risques du point de vue des enfants


Didier Bretona1, Daria Popovaa2 and France Priouxa3

a1 Maître de conférences, Centre de recherches et d’études en sciences sociales, Université de Strasbourg ; chercheur associé à l’INED (dbreton@unistra.fr).
a2 Directrice de recherche, Institut indépendant de politique sociale (NISP), Moscou (d.popova@socpol.ru).
a3 Directrice de recherche, Institut national d’études démographiques (INED), Paris (prioux@ined.fr).
Article author query
breton d [Google Scholar]
popova d [Google Scholar]
prioux f [Google Scholar]

Résumé :

Ce travail se fonde sur l’exploitation des enquêtes GGS menées en France en 2005 et en Russie en 2004 en se plaçant du point de vue des enfants. La comparai-son de la situation familiale des enfants selon leur âge dans les deux pays montre que les situations de monoparentalité sont plus fréquentes en Russie mais que, contrairement à ce que l’on observe en France, les enfants vivent alors très souvent au sein de ménages multigénérationnels. La probabilité pour un enfant né au sein d’un couple cohabitant (marié ou non) de voir ses parents se séparer avant sa majo-rité augmente dans les deux pays et particulièrement en Russie pour les enfants nés dans les années 1980. Les enfants les plus exposés au risque de séparation ont des parents qui présentent quelques points communs dans les deux pays : tel est le cas si leur mère s’est mise en couple assez jeune, avec un conjoint ayant déjà au moins un enfant, plus âgé qu’elle, ou si elle n’a pas vécu toute son enfance avec ses deux parents. En France, mais non en Russie, le mariage et la pratique (même peu fréquente) d’une religion réduisent de manière significative la probabilité d’une rupture.

Abstract

The Generations and Gender Surveys (GGS) conducted in both France (2005) and Russia (2004) have been analyzed from the perspective of the children in separated families. As a comparison of the family situations of children of various ages shows, the frequency of single-parent families is higher in Russia where these children are more likely to live in multi-generation households. The probability is increasing in both countries that the children born to couples living together (whether married or not) – and especially the children born during the 1980s in Russia – will, before they come of age, see their parents separate. In both countries, the parents of the children most exposed to the risk of separation share some characteristics: their mother formed a couple at a young age, her partner has at least one other child or is older, or she did not spend her whole childhood with both her parents. In France, unlike in Russia, officially marrying and practicing religion (even seldom) are factors that significantly lower the risk of parents separating.


Related Content