Language:

Revue d’études comparatives Est-Ouest

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page
Revue d’études comparatives Est-Ouest (2010), 41:95-116 NecPlus
Copyright © Nec Plus 2010
doi:10.4074/S033805991000104X

Research Article

L’infection par le VIH-SIDA en Ouzbékistan : réactions à l’inconnu des mutations postsoviétiques ?


Sophie Hohmanna1

a1 Docteur en sciences sociales, chercheur associé au CERCEC (CNRSEHESS) et à l’INED (UR 12) (so_hohmann@hotmail.com)
Article author query
hohmann s [Google Scholar]

Résumé:

Les dynamiques d’infection par le VIH-sida propres aux Républiques d’Asie centrale sont étudiées ici à travers l’exemple de l’Ouzbékistan. En quoi celles, assez similaires, observées dans l’ex-URSS se distinguent-elles des dynamiques à l’œuvre dans d’autres régions du monde, notamment en Afrique australe ? Nous expliciterons les principales différences afin d’examiner comment les pays abordent et gèrent l’infection (politiques de prévention, traitements, aide psychologique, ONG, associations, etc.). Notre analyse se concentre en filigrane sur la manière dont le pouvoir politique s’approprie une rhétorique qui reproduit inexorablement la norme soviétique en stigmatisant et en disqualifiant l’individu infecté, classé dans une catégorie dite « déviante » et pensé socialement comme non productif. Ce travail se base sur des sources écrites diversifiées (statistiques officielles, rapports officiels et internes, enquêtes de prévalence des Centres for Disease Control en Ouzbékistan) et sur des sources orales (entretiens réalisés en 1997-1998 et en 2004 en Ouzbékistan).

Abstract:

The impact of HIV-infection and AIDS in the central Asian republics is studied through the example of Uzbekistan. How, despite similarities, does this phenomenon in countries that used to belong to the USSR differ from what is observed in other parts of the world, in particular southern Africa? The principal differences are explained in order to examine how countries tackle and manage this infection: prevention policies, treatments, psychological support, NGOs, associations, etc. This analysis focuses on how political authorities adopt a rhetoric that inexorably reproduces the Soviet norm by stigmatizing and discrediting the infected, who are classified as “deviants” and considered to be “socially unproductive”. Various written sources (official statistics, public and internal reports, prevalence surveys from Uzbek centers for disease control) are used along with oral sources (interviews conducted in 1997-1998 and 2004 in Uzbekistan).

Mots-clés:Asie centrale postsoviétique; Ouzbékistan; VIH-sida; politique sanitaire; prévention; Afrique du Sud

Key words:HIV-AIDS; health policy; prevention; southern Africa; post-Soviet central Asia; Uzbekistan


Related Content