Language:

L’Année psychologique

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page
L’Année psychologique (2010), 110:227-251 NecPlus
Copyright © Nec Plus / Université Paris Descartes 2010
doi:10.4074/S0003503310002034

Research Article

Vers une levée du mystère des écritures en miroir (des chiffres) chez l’enfant


Jean-Paul Fischera1 c1

a1 Laboratoire InterPsy, EA 4432, Nancy
Article author query
fischer j [Google Scholar]

Résumé

La revue de question de Hildreth (1950) montre que l’on a initialement tenté d’expliquer l’écriture en miroir par des caractéristiques individuelles, fixes (ex. main d’écriture, genre) ou variables (ex. ressources attentionnelles disponibles au moment de l’écriture). La présente recherche s’est focalisée sur l’étude de l’inversion gauche-droite des chiffres par les enfants tout-venant de cinq à sept ans. Pour cela, on leur a demandé d’écrire sous dictée les chiffres (de 1 à 9, mais pas dans leur ordre naturel). Les résultats de l’expérience 1 n’étayent nullement l’influence des caractéristiques précédentes. En revanche, ils montrent que l’écriture en miroir se réduit considérablement d’un niveau scolaire (Grande Section de maternelle) au suivant (première année d’école obligatoire) et affecte inégalement les différents chiffres (3 beaucoup plus que 4). Ils suggèrent aussi que l’écriture en miroir est extrêmement sensible à l’amorçage moteur. En fait, pour une proportion importante d’enfants de cinq ans, tout semble se passer comme si l’orientation qu’ils donnent aux chiffres était déterminée par le geste moteur juste précédent. Ainsi, et de manière spectaculaire, l’expérience 2 a établi que 3 est plus fréquemment écrit en miroir s’il suit une écriture correcte de 6 (63 % d’écritures en miroir de 3) que s’il suit une écriture en miroir de 6 (23 % d’écritures en miroir de 3). L’ensemble des résultats remet en question certaines hypothèses majeures découlant de la revue de question de Hildreth.

Abstract

The present research was focused on a systematic developmental study of the left-right reversals in the writing of the digits by 5- to 7-year-old children. Children were asked to write, from memory (under dictation), the Arabic digits (1 to 9, but not in their natural order). The results of experiment 1 show that individual characteristics, fixed (ex., hand of writing, gender) or variable (ex., attentional load), do not explain the mirror-writings of the normal child. On the other hand, the same results suggest that mirror-writing is very sensitive to motor priming. Indeed, for a substantial proportion of 5-year-olds, results are consistent with the fact that the orientation of a digit is determined by the motor act which occurs just before. Thus, experiment 2 impressively shows that 3 is more often reversed when it follows a correct writing of 6 (63% of reversals for 3) than when it follows a reversal of 6 (23% of reversals for 3).

Correspondence:

c1 Correspondance : Nancy Université, Laboratoire InterPsy, EA 4432, 23 Bd Albert Ier, B.P. 33-97, 54015 NANCY Cedex. E-mail : jean-paul.fischer@univ-nancy2.fr


Related Content