Enfance

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page
Enfance (2011), 2011:421-443 NecPlus
Copyright © Nec Plus / Association scientifique Henri Wallon 2011
doi:10.4074/S0013754511004022

Research Article

Les enfants avec retard sont plus exposés à la maltraitance et relèvent davantage des services de la protection de la jeunesse


Jacinthe Diona1 c1, Célia Matte-Gagnéa2a3, Marc Tourignya2a4 and Laurie Gaudreaulta2

a1 Université du Québec à Chicoutimi
a2 Centre de recherche sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS). Email : grenouille_71@hotmail.com
a3 Université de Montréal. Email : celiamatte@hotmail.com
a4 Université de Sherbrooke. Email : Marc.Tourigny@USherbrooke.ca
Article author query
dion j [Google Scholar]
matte-gagné c [Google Scholar]
tourigny m [Google Scholar]
gaudreault l [Google Scholar]

Résumé

Les enfants ayant un retard sont plus à risques d’être victimes de maltraitance et d’être impliqués dans les mandats de la protection de la jeunesse en comparaison avec les autres enfants. Dans ce contexte, la présente étude vise à distinguer les enfants qui présentent un retard de ceux n’en présentant pas sur le plan des caractéristiques individuelles, familiales et liées aux services. Ces deux groupes sont comparés à deux étapes décisionnelles du processus d’évaluation et d’orientation d’un signalement à la protection de la jeunesse, soit lorsque le signalement est retenu, et lorsque la sécurité et le développement de l’enfant sont compromis. L’étude a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 4 474 enfants dont le signalement a été retenu à la protection de la jeunesse, et d’un échantillon représentatif de 2 278 enfants dont la sécurité et le développement ont été jugés compromis. Les analyses de régressions logistiques révèlent que plusieurs caractéristiques individuelles, familiales et liées aux services distinguent les deux groupes d’enfants (avec un retard et sans retard) dans les deux échantillons, notamment la présence de négligence, le jeune âge de l’enfant, des parents vivant de l’aide sociale ou qui ne coopèrent pas avec les intervenants de la protection de la jeunesse. Chez les enfants en retard, les intervenants considèrent plus souvent que les faits fondés impliquent que le développement et la sécurité sont compromis. La prise en charge est plus souvent judiciarisée ou volontaire et les intervenants identifient davantage de besoins de services. La discussion porte sur les facteurs pouvant expliquer ces différences.

Abstract

Children with delay are at higher risk of being abused and being involved in welfare service mandates compared to other children. This study aims to compare individual and family characteristics of children with delay to those without delay on two decisional stages of the evaluation and orientation process of a report in welfare services: when the report is substantiated and when safety and child development are compromised. The study was conducted among a representative sample of 4 474 children for whom the events reported have been substantiated in welfare services, and a representative sample of 2 278 children whose security and development were considered compromised. Logistic regression analysis revealed that several individual, family and service characteristics differentiate the two groups of children (with and without delay) in both samples, including the presence of neglect, young children, and parents living on social security or not cooperating with social workers. Among children with delay, social workers more often consider that the substantiated cases imply that the development and security of the child are compromised. Youth protection services are more often voluntary or resorting to Youth Court. Furthermore, social workers identify a greater need for services. The discussion focuses on factors that could explain these distinctions.

Mots clés :protection de la jeunesse; retard développemental; déficience; enfants; mauvais traitements envers les enfants

Key words :Child protective services; developmental delay; disability; children; child maltreatment

Footnotes

Correspondance : Jacinthe Dion, Département des sciences de l’éducation et de psychologie Université du Québec à Chicoutimi 555 boul. de l’Université Chicoutimi, G7H 2B1. Email : jacinthe_dion@uqac.ca


Contenu en relation avec