Language:

Revue d’études comparatives Est-Ouest

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page
Revue d’études comparatives Est-Ouest (2013), 44:113-151 INED
Copyright © Nec Plus 2013
doi:10.4074/S0338059913001058

Research Article

La statuomanie ou la « Quatrième Institution de l’État »


Sergey Rumyantseva1

a1 Sociologue, chercheur à l’Institut de philosophie, sociologie et droit de l’Académie des sciences d’Azerbaïdjan ; doctorant à l’Institut d’histoire, Université Humboldt, Berlin (sergnovator@yandex.ru)
Article author query
rumyantsev s [Google Scholar]

Résumé :

Au cours des 150 dernières années, les régimes politiques ont pesé à des degrés divers sur l’élaboration des cultures nationales en Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie. C’est ce que nous étudions ici en nous concentrant plus particulièrement sur la construction monumentale et la création de panthéons nationaux. Ce processus de promotion des cultures a vu le jour dans l’Empire russe, à la fin du XIXe-début XXe siècle. Il se radicalise avec le pouvoir soviétique lorsque des institutions sont créées dans le but de mener ce projet à bien. Les élites, parcimonieuses avant 1917, qui n’ont pas été « liquidées », ont été intégrées à celles – désormais beaucoup plus nombreuses – qui se sont constituées sous le régime soviétique. Les représentants de ces élites ayant survécu à l’implosion de l’URSS déterminent, aujourd’hui encore, les modes de construction culturelle dans les États postsoviétiques. L’un des traits essentiels de la politique de construction des cultures nationales, tant soviétique que postsoviétique, est la volonté d’emprise totale sur ce processus dont font preuve les régimes totalitaires ou autoritaires.

Mots-Clefs :Union soviétique; Sud-Caucase; Arménie; Azerbaïdjan; Géorgie; politique de la mémoire; nationalisme; construction nationale; élites culturelles.


Related Content