Language:

L’Année psychologique

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page
L’Année psychologique (2013), 113:227-254 NecPlus
Copyright © Nec Plus / Université Paris Descartes 2013
doi:10.4074/S0003503313002054

Research Article

Note Théorique/Theoretical Note

Influences des activités du sujet et des caractéristiques environnementales sur la nature de l’encodage spatial


Mathieu Simonneta1 c1, Stéphane Vieilledenta2 and Jacques Tisseaua3

a1 LabSticc - UMR CNRS 3192 - Lab-STICC, France
a2 LaTIM - Inserm U 1101 - Université de Brest – UEB, France
a3 Lab-STICC - ENIB - UEB, France
Article author query
simonnet m [Google Scholar]
vieilledent s [Google Scholar]
tisseau j [Google Scholar]

RÉSUMÉ

Avec l’approfondissement de la notion de carte cognitive spatiale, différents paramètres ont été identifiés comme jouant un rôle dans les processus d’encodage de la représentation de l’espace au sein des référentiels de types égo et allocentrés. L’activité du sujet et la nature de la configuration environnementale se révèlent alors être des facteurs déterminants de cet encodage. Bien que les travaux dans ce domaine ne s’accordent pas systématiquement, il semble que les actions du sujet participent à l’intégration de repères centrés sur lui-même alors que les caractéristiques géométriques propres aux configurations tendent à favoriser l’intériorisation de références externes. La coordination de ces encodages de types égo et allocentrés s’impose comme une clé de la réussite des tâches spatiales. Cette note théorique vise à préciser le rôle joué par les mouvements du sujet, sa désorientation, son point de vue initial d’apprentissage, l’axe intrinsèque à la configuration ainsi que la régularité de sa forme dans la coordination des représentations de types égo et allocentrés.

Abstract

Since the concept of spatial cognitive map appeared, it has been shown that different parameters play a role in how spatial representations are encoded within ego- or allocentered frames of reference. The main influences seem to come on the one hand from the variations of the subject’s activity and, on the other hand, from the nature of the configuration to be learned. Because we necessarily perceive space from our current position and orientation (ego), abstraction of this information into a more global bird’s eye view (allo) involves cognitive processes. By this respect, moving and locating requires the subject to mentally connect different pieces of information built either within an ego or an allocentric spatial frame of reference. Some researchers have suggested that these two kinds of spatial frames of reference are used in parallel but nowadays, even if some studies have identified the specific influences of these different parameters, their coordination mechanisms still pose questions.

(Received invalid month17 2010)

(Accepted invalid month20 2012)

Correspondence:

c1 *Correspondance : Mathieu Simonnet, Telecom Bretagne/Département LUSSI, Technopôle Brest-Iroise - CS 83818, 29238 Brest Cedex 3. E-mail : mathieu.simonnet@telecom-bretagne.eu


Related Content