Communication & langages

Review Article

Les Vanishing Monuments de Jochen Gerz : une dialectique du visible et de l’invisible

Maurice Mouillaud c1

Résumé

Cet article inédit est consacré à la présentation et l’analyse des Vanishing Monuments de Jochen Gerz, consacrés à la mémoire de l’Holocauste. Il s’agit en fait de « contre-monuments » soustraits à la vue au fur et à mesure de leur élaboration. Alors qu’un monument commémoratif est a priori « positif », Gerz invente un monument consacré non à la plénitude, mais au vide. Gerz est confronté à un dilemme : comment faire une œuvre avec un « négatif » absolu, la négation d’un peuple ? Il faut donc faire et défaire dans le même temps, c’est-à-dire accompagner le cours du temps en construisant un monument « par défaut ». Cette défection n’est pas alors l’œuvre extérieure du temps et de l’oubli, mais son principe même. La réflexion de Maurice Mouillaud est centrée sur la limite, ou la scission entre le visible et l’invisible : l’invisible est l’autre face du visible qu’il suppose, et sur l’impossibilité d’un lieu propre d’un tel monument.

Abstract

This article which has never been published before is a presentation of Jochen Gerz’s “Vanishing Monuments” dedicated to the memory of the Holocaust. They actually are “counter-monuments” as they have gradually been hidden from sight in the process of their creation. Contrarily to monuments which are “positive” tributes, Gerz dedicated a tribute not to fullness but to void. Gerz was faced with a dilemma. How to make a work of art with an absolute “negative”—the negation of a people? It has been about making and un-making at the same time, that is accompanying the flow of time by building a monument “by default”. Its withdrawal has not been due to the external action of time and denial but is its very principle. Maurice Mouilaud’s reflexion is centred on the limit, or the separation, between visible and invisible—invisible being the other side of visible—and on the impossibility of a proper place for such a monument.

Resumen

Este artículo inédito presenta y analiza los “Vanishing monuments” de Jochen Gerz, consagrados a la memoria del Holocausto. Se trata de unos “anti-monumentos” que se sustraen de la vista a medida que son elaborados. Mientras que un monumento conmemorativo es a priori “positivo”, Gerz inventa así un monumento que no exalta la plenitud sino el vacío. El dilema de Gerz es el siguiente: ¿cómo hacer una obra con un “negativo” absoluto, la negación de un pueblo? Tiene entonces que hacer y deshacer a la vez, es decir acompañar el paso del tiempo al construir un monumento “por defecto”. Dichas faltas no son entonces la obra externa del tiempo y el olvido, sino su principio mismo. La reflexión de Maurice Mouillaud se centra en el límite o la división entre lo visible y lo invisible: dado que lo invisible es la otra cara de lo que se supone visible, para dichos monumentos la opción de un lugar propio se vuelve imposible.

Key Words:

  • Jochen Gerz;
  • Vanishing Monuments;
  • Saarbrücken;
  • antiracisme;
  • antifascisme;
  • monument invisible;
  • cimetières juifs;
  • mémoire;
  • visible et invisible

Key Words:

  • Jochen Gerz;
  • Vanishing Monuments;
  • Saarbrücken;
  • Aantiracism;
  • Antifascism;
  • Invisible monument;
  • Jewish cemetery;
  • tribute;
  • visible and invisible

Key Words:

  • Jochen Gerz;
  • Vanishing Monuments;
  • Saarbrücken;
  • anti-racismo;
  • anti-fascismo;
  • monumento invisible;
  • cementerios judíos;
  • memoria;
  • visible e invisible

Maurice Mouillaud (1924–2012). Agrégé de philosophie, professeur de psychologie sociale, auteur en 1979 d’une thèse sur les Formes et stratégies des énoncés de presse, il fut un pionnier puis un spécialiste reconnu de l’analyse du discours des médias. Il a enseigné à l’Institut français de presse, à l’université Lumière Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon, où il a été parmi les premiers enseignants de la section « information-communication ». Il est l’auteur notamment de : Le discours politique (avec Catherine Kerbrat-Orecchioni, PUL, 1984), Le journal quotidien, (avec Jean-François Tétu, PUL, 1989) et de nombreux articles dans les revues Langages, Langage et Société, Mots, Les Temps Modernes.

Contenu en relation avec