Communication & langages

Review Article

La société de l’évaluation : nouveaux enjeux de l’âge numérique

Erik Bertin and Jean-Maxence Granier

Résumé

Face à la prégnance de l’évaluation parmi les formes et pratiques dominantes du Web, on propose une analyse sémiotique des dispositifs et des marques qui la soutiennent. Si l’actant prototypique qu’est le moteur de recherche et son algorithme déploient une classification évaluatrice sous-jacente, c’est l’ensemble du Web qui propose de « liker », noter et commenter chaque contenu. L’espace digital est le champ d’un faire évaluatif constant, qui – entre notes et avis – conditionne la réception des discours produits en leur accolant sans cesse une somme d’évaluations issues de tiers lecteurs. On s’appuie sur la sémiotique greimassienne pour mettre au jour, en termes de procès et de valeurs, les différentes praxis évaluatives que chaque internaute est incité à accomplir, ainsi que sur la sémiotique tensive pour analyser les grandeurs quantitatives à l’œuvre dans cette docimologie généralisée où l’évaluateur comme l’évaluation finissent eux aussi par être évalués.

Abstract

Faced with the pervasiveness of the evaluation as a form and as a dominant practice on the web, we propose a semiotic analysis of those devices and brands that support it. The prototypical actant, the search engine and its algorithm, deploy an underlying evaluative classification. But the web as a whole encourages users to “like”, grade, or comment on all content. The digital space is a field of constant evaluative activity, blending grades and opinions, which greatly conditions how messages are received by according them a specific “exponent”, which is to say the sum of the evaluations they received from third-party users. We rely on Greimasian semiotics to update, in terms of both process (manipulation, action, sanction) and values, the different evaluative praxis that each internet user is incited to partake in and on tensive semiotics to analyze the quantities at work in this vast docimology where both evaluator and evaluation eventually become subject of evaluation.

Resumen

Dada la importancia de la evaluación entre las formas y prácticas dominantes en la web, se propone un análisis semiótico de los dispositivos y de las marcas que la fomentan. Si el actante prototípico que es el motor de búsqueda despliega con su algoritmo una clasificación evaluativa subyacente, es hoy en día el conjunto de la web el que propone “likear”, calificar y comentar cada contenido. El espacio digital es el campo de una acción evaluativa constante que – entre notas y opiniones – condiciona la recepción de los discursos producidos yuxtaponiéndoles una suma de evaluaciones hechas por los lectores. Desde el enfoque semiótico de Greimas se propone así dilucidar en términos de procesos y valores las diferentes praxis que el internauta debe llevar a cabo, mientras que la semiótica tensiva permite analizar las dimensiones cuantitativas de dicha docimología generalizada en la que evaluadores y evaluaciones acaban también siendo evaluados.

Key Words:

  • algorithme;
  • avis;
  • classification;
  • commentaires;
  • like;
  • moteur de recherche;
  • notation;
  • sémiotique;
  • Web

Key Words:

  • Semiotics;
  • Evaluation;
  • “like”;
  • Web;
  • Grading;
  • Algorithm;
  • Search Engine;
  • Classification;
  • Notes;
  • Opinion;
  • Comment

Key Words:

  • algoritmo;
  • nota;
  • clasificación;
  • comentarios;
  • “me gusta”;
  • motor de búsqueda;
  • evaluación;
  • semiótica;
  • Web

Erik Bertin est docteur en sciences de l’information et de la communication et exerce une double activité de planning stratégique et d’enseignement et de recherche en sémiotique appliquée à la communication. Il est membre responsable de l’ANR CEMES (Cultures émergentes et médiations sémiotiques). Ses travaux actuels portent notamment sur les nouvelles pratiques énonciatives et sociales engendrées par les formats médiatiques numériques, telles que l’évaluation, la désignation et la mise en scène de soi.

Jean-Maxence Granier est agrégé de lettres modernes et titulaire d’un DEA de sciences du langage. Il enseigne la sémiotique appliquée aux médias en tant que professionnel au CELSA et dirige un cabinet d’études et de conseil qui accompagne les marques et les médias dans leurs stratégies de digitalisation. Il s’intéresse particulièrement à la manière dont le Web impacte les processus de réception et la notion de conversation ainsi qu’aux représentations attachées aux différents discours médiatiques et publicitaires dans le cadre de la mutation numérique.

Contenu en relation avec