Communication & langages

Cambridge Journals Online - CUP Full-Text Page

Communication & langages (2009), 2009:43-55 NecPlus
Copyright © Nec Plus 2009
doi:10.4074/S0336150009001045

Research Article

Des codes pour rire Le cas de l’émission télévisée Jamel Comedy Club


Laurent Béru

Article author query
béru l [Google Scholar]

Résumé

Type d’humour originaire des États-Unis, le stand-up, qui s’apparente à de « l’improvisation préparée », s’est invité sur une chaîne audiovisuelle française (Canal Plus), au cours des étés 2006 et 2007, sous la forme d’un programme satirique : le Jamel Comedy Club. Présentée et produite par l’acteur comique Jamel Debbouze, cette émission hebdomadaire diffusée en prime time a permis l’exposition médiatique d’une toute nouvelle génération d’humoristes français, dont la majorité provient des quartiers populaires et/ou appartient aux minorités ethnoraciales. Derrière le divertissement apparent, une certaine critique de la société française apparaît. L’un des objectifs des auteurs de ce programme était en effet le suivant : faire rire les téléspectateurs autour de problèmes sociaux difficiles qui touchent certains lieux et certaines populations en France, notamment la discrimination ethnoraciale et la ségrégation sociospatiale.

Abstract

Stand-up comedy is a kind of comic show, a « prepared improvisation », which has originated in the United States. During the summers of 2006 and 2007 such a satirical programme : Jamel Comedy Club was broadcasted prime time on French television (Canal Plus). Hosted and produced by the actor and comedian Jamel Debbouze, this weekly programme staged a new generation of French humorists who gained nationwide exposure. They mostly came from the poorest neighborhoods and/or belonged to the ethno-racial minorities. Their humour fed on a criticism of the French society and aimed to moke social issues and traits of particular locations and populations in France, and particularly to highlight ethno-racial discrimination and socio-spatial segregation.

Resumen

Como tipo de humor oriundo de los Estados Unidos, el stand-up, que se asemeja a una «improvisación preparada», ha tenido acogida en una cadena audiovisual francesa (Canal Plus) a lo largo de los veranos de 2006 y 2007, bajo la forma de un programa satírico: el Jamel Comedy Club. Presentado y producido por el actor cómico Jamel Debbouze, este programa semanal difundido en prime time ha permitido la exposición mediática de una nueva generación de humoristas franceses cuya mayoría proviene de barrios populares y/o pertenece a las minorías etno-raciales. Tras el entretenimiento aparente, cierta crítica de la sociedad francesa aparece. Uno de los objetivos de los autores del programa era en efecto el siguiente: hacer reír los televidentes sobre problemas sociales difíciles que conciernen ciertos lugares y ciertas poblaciones en Francia, en especial la discriminación etno-racial y la segregación socio-espacial.

Mots clefs :émission de variété; scène comique; origine ethnoculturelle; quartier populaire

Keywords:variety show; sketch comedy; ethno-cultural origin; poorest neighborhood

Palabras claveprograma de variedades; escenario humorístico; origen etno-cultural; barrio popular

Laurent Béru est docteur en sciences de l’Information et de la Communication, chercheur au CHRIME (Centre d’Histoire des Récits et de l’Information des Médias en Europe), au sein du laboratoire Communication, Information, Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3).


Issus des quartiers populaires français et/ou ayant des parents d’origine africaine, nombre des humoristes de l’émission télévisée Jamel Comedy Club (Thomas Ngijol, Chicken Boubou, Wahid Bouzidi, Yacine, le Comte de Bouderbala, Amelle, Patson…), programme de divertissement présenté par Jamel Debbouze1 et diffusé sur la chaîne française Canal Plus2, représentent une France comique diverse au niveau ethnoculturel, contrairement à ceux des émissions collégiales centrées sur le rire des années 1970-19903. Comme les anciens radio-crochets destinés à découvrir les jeunes talents de la musique (par exemple, le Petit Conservatoire de Mireille, télévisé de 1955 à 1975), cette émission, déclinée en spectacle scénique dans différentes salles de théâtre en France, s’apparente à une version actualisée du Petit Théâtre de Bouvard, programme audiovisuel du début des années 1980. Ayant des origines ethnoculturelles diverses – subsaharienne, maghrébine ou européenne –, le collectif du Jamel Comedy Club (JCC4), dont chacun des membres dispose de quatre à six minutes par sketch, démontre un sens des bons mots et des situations comiques propres à la culture communément nommée urbaine – c’est-à-dire celle des cités de banlieue. À l’instar de leur « parrain » scénique, les humoristes de l’émission de Canal Plus proposent ainsi au grand public un humour particulier qui rompt avec la tradition du comique audiovisuel français de ces trente dernières années. Bien qu’accessible à tout public, leur humour est teinté de références liées à la réalité de la plupart des quartiers populaires français. Comme tout comique qui, pour susciter le rire, incruste d’authentiques tranches de vie issues de son vécu ou de déclarations émanant de ses proches, Patson, Amelle et les autres introduisent, souvent avec l’usage d’accents particuliers, phrasés singuliers et termes spécifiques, décalages socioculturels et sociolinguistiques propres à la réalité des classes sociales modestes– avec notamment l’utilisation de mots étrangers et l’emploi du verlan5.

Le genre humoristique du JCC est largement inspiré du stand-up, genre comique développé aux États-Unis – d’ailleurs, le programme français est un calque de l’émission américaine Def Comedy Jam de la chaîne à péage HBO. L’humour du stand-up consiste à ce que le comique sur scène installe une interaction complice avec le public, en donnant l’impression qu’il s’agit plus d’une discussion improvisée et moins d’un texte récité à la virgule près – il passe ainsi d’un sujet à l’autre au risque de relier des histoires qui n’ont rien à voir les unes avec les autres. Le stand-up fut et est notamment porté par des comédiens de la minorité afro-américaine – de Richard Pryor et Bill Cosby à Chris Rock et Dave Chappelle en passant par Eddie Murphy et Martin Lawrence. Ces derniers se moqu(ai)ent des travers et des stéréotypes ethnoraciaux construits par la société euro-américaine, mais aussi des malheurs historiques de la communauté noire ; ils s’inspir(ai)ent des vannes populaires héritées de l’esclavage (signifying monkey) et des insultes rituelles en vigueur dans les ghettos afro-américains (dirty dozens)6.

De quel contexte socioculturel est puisé l’humour du JCC ? Quels types de messages y sont distillés ? Quelles sont les significations socio-politiques des textes interprétés ? Dans la présente étude relative aux sketches du JCC de l’été 2006, nous soulignerons la chose suivante : loin de produire un humour exclusivement « communautaire », ses principaux comiques s’adressent toutefois, dans un premier temps, à un public qui habite dans les quartiers populaires, et cela pour mieux toucher, dans un second temps, un public qui n’y réside pas – le premier public sert en quelque sorte d’auditoire prescripteur, tandis que le second public est suiveur. En effet, si le public populaire, au fait de ce que relatent avec ironie Thomas Ngijol et consorts, est le mieux placé pour comprendre, avec plus ou moins de précision, les « petites choses » fondamentales pour saisir en profondeur l’efficacité comique, le public des quartiers aisés ou huppés est, quant à lui, intéressé à connaître cet univers socioculturel inconnu ou mal connu. Malgré la gravité sociale de certaines situations décrites par les comiques du JCC (racisme institutionnalisé, pauvreté endémique, déception politique…), la légèreté est constamment de mise dans leurs sketches. Dans de nombreux cas, cet humour sur les minorités ethnoraciales sujettes aux discriminations, et sur les quartiers populaires sujets aux stigmatisations, contribue à transmettre ce que peuvent ressentir les personnes discriminées, et à dire ce qui se passe dans les espaces stigmatisés. De ce fait, pour ceux qui ne connaissent pas et ne vivent pas cette réalité sociospatiale populaire, multiculturelle et pluriethnique, les humoristes du JCC vulgarisent certains codes sociaux et linguistiques.

Une culture extraite des marges sociospatiales

D’après le sociologue anglais Richard Hoggart7, la culture du pauvre admet une prise de conscience du séparatisme social, culturel et économique, entre les postures « nous-les-pauvres » et « eux-les-riches ». Selon l’anthropologue américain Clifford Geertz8, la vie des uns, habitant dans un « lieu-ici », est vécue différemment et considérée comme antinomique par rapport à celle des autres, résidant dans un « lieu-ailleurs ». Dans le contexte français actuel, les distinctions identitaires socio-économique et sociospatiale se complètent très souvent d’une autre sur le plan socioethnique – c’est-à-dire entre les deux pensées suivantes : « nous-les-non-Blancs » et « eux-les-Blancs »9. En effet, au sein des grandes agglomérations (parisienne, lyonnaise, lilloise…), il existe un certain séparatisme social et ethnique ; celui-ci s’exprime principalement du point de vue de l’espace, entre le centre-ville et sa périphérie. Comme l’explique l’économiste et sociologue Eric Maurin10, des « stratégies d’évitements » produisent un « enfermement social » : de là, une ségrégation urbaine prend toute sa place. Depuis les années 1970, cette ségrégation urbaine a créé de multiples différences entre les quartiers populaires, concentrant une population plutôt multiculturelle et multiethnique, et les quartiers bourgeois, rassemblant une population plutôt monoculturelle et monoethnique. Ainsi, la fracture sociale s’additionnerait à la fracture spatiale. Dans certains cas, principalement au sein des quartiers populaires et autres cités de banlieue, où il est dénombré cinquante, soixante ou soixante-dix nationalités ou origines différentes, ce séparatisme génère une certaine fracture linguistique, c’est-à-dire que le français standard tend à coexister avec d’autres formes linguistiques11.

De plus, dans ces milieux populaires urbains, où le multilinguisme favorise l’emploi courant de mots d’origine arabe – hralouf (porc), haram (péché), shitan (diable)… – ou tsigane – gadjo (homme), marav (frapper), racli (fille)… –, s’ajoute l’utilisation régulière de termes en verlan – mécra (cramer), rotteca (carotte) ou tégra (gratté). Cela participe à créer, à entretenir un phénomène d’appartenance identitaire à une communauté particulière12. D’ailleurs, le mot « kiffer », dérivé du mot arabe kif, est abondamment employé par les divers comiques du JCC13. Dans les programmes audiovisuels de divertissement français, la culture populaire et multiculturelle s’est relativement développée au cours des années 1995-2005, avec l’arrivée d’humoristes télévisuels comme Jamel Debbouze, Eric et Ramzy ou Fred et Omar. Depuis le début des années 1990, les produits médiatico-culturels qui reflètent le parler vrai et la vie authentique des quartiers populaires sont plébiscités par un large public : des albums de musique rap (avec la réussite discographique des chansons des rappeurs de NTM ou d’IAM) aux films de cinéma centrés sur la banlieue populaire (avec le triomphe au box-office de films comme Yamakasi ou Banlieue 13) en passant par des livres dédiés au langage des cités (avec le succès de librairie d’ouvrages grand public écrits par Pierre Merle, Le Dico Du Français Branché ou Argot, Verlan et Tchatches). Du reste, parmi les célébrités invitées à assister aux sketches du JCC, nous retrouvons de nombreux rappeurs français (Akhenaton, Passi ou Stomy Bugsy).

Par l’intermédiaire de scènes médiatiques comme celle du JCC, le langage banlieusard a été associé à la langue standard. En paraphrasant le titre de l’ouvrage de Boris Seguin et Frédéric Teillard14 portant sur le parler des adolescents des banlieues pauvres, nous pouvons affirmer que cette opportunité audiovisuelle a permis aux « Çaifrans » des quartiers populaires de communiquer – certes, indirectement, par procuration – avec les Français des faubourgs huppés. L’exposition médiatique de l’humour populaire des artistes comiques du JCC entre parfaitement dans le cadre de la « contamination » socioculturelle du langage des jeunes individus résidant le centre-ville privilégié des grandes agglomérations urbaines par celui des jeunes gens habitant les zones urbaines périphériques défavorisées. L’attractivité de la « culture banlieusarde » est en effet prégnante au sein des cercles amicaux de la jeunesse collégienne et lycéenne15 – par exemple, le look vestimentaire constitué du « baggy-casquette » (et promu par certains rappeurs) est tout aussi attrayant pour de très nombreux adolescents et jeunes adultes des années 1990-2000, que celui composé du « jean-perfecto » (et vanté par certains rockeurs) pour leurs prédécesseurs des années 1960-1970.

Que ce soit du point de vue des goûts vestimentaires ou musicaux, les jeunes habitants de la banlieue populaire, considérés dans un certain sens comme des modèles à imiter, ont tendance à influencer les jeunes résidents du centre-ville aisé ; ces derniers, interpellés et fascinés par le style des premiers, les copient dans l’optique d’être, de paraître « dans le coup » ou « à la mode ». Par ailleurs, le succès du « parler des cités » auprès de la jeunesse socialement et culturellement favorisée tient au fait qu’il représente le langage de la marginalité, de l’exclusion. Pour des adolescents qui veulent s’émanciper de l’autorité morale de parents peu permissifs, tout comme pour des jeunes adultes qui désirent rompre avec le soutien financier parental, le comportement et l’attitude non-conformistes de certains jeunes de banlieue peuvent être plus ou moins attractifs. Bien que les humoristes du JCC contestent, refusent l’étiquette de comiques de banlieue16, il n’en est pas moins vrai que si les responsables de la chaîne Canal Plus ont fait confiance à autant de jeunes « performeurs » révélateurs du multiculturalisme français et promoteurs du dynamisme des quartiers défavorisés, c’est surtout parce que leur sens comique est « vendeur » auprès d’une part non négligeable de la jeunesse. Étant donné la demande consumériste pour ce genre d’humour, les industries culturelles, d’après des stratégies de communication et de marketing, l’exposent de temps en temps pour attirer un public (très) jeune – celui-ci étant convoité pour faciliter la conclusion de contrats publicitaires avec divers annonceurs. Ainsi, le JCC a été sponsorisé par la firme Omysis – celle-ci a profité de ce partenariat pour promouvoir l’un de ses derniers produits, un baladeur MP3 développé en association avec la société Dia, marque de sportswear vantée par des rappeurs et des basketteurs, qui fut plébiscitée par les adolescents français. Pour les spécialistes du marketing, les comiques en provenance des banlieues populaires, tout comme les rappeurs originaires des cités, représentent ce qu’apprécient les jeunes générations : un « potentiel polémique »17.

La production des locutions propres à la culture des quartiers populaires ne se réalise pas de manière individuelle mais collective. En effet, l’humour (sous forme de vannes, de jeux de mots, de blagues…) ayant cours au sein des cités de banlieue s’établit à la faveur d’échanges répétés, et est puisé « de mémoire dans un répertoire commun qui constitue une partie du capital culturel spécifique de ce groupe sociétal »18. Les joutes verbales, parsemées de vannes et autres blagues, ne sont pas l’apanage des jeunes gens des banlieues défavorisées, puisqu’elles sont présentes chez les groupes d’adolescents et de jeunes adultes de toutes les conditions sociales. Par contre, ce qui est spécifique à la jeunesse des cités, c’est « la fréquence et le degré d’élaboration de ces actes de parole »19. Dans la plupart des cités françaises, de la période adolescente à l’âge adulte, l’habitus langagier des rites humoristiques codifiés s’affirme avec le temps. Cet habitus est d’autant plus prégnant qu’il s’impose profondément lors de rassemblements informels20 – que ce soit à l’entrée et à l’intérieur des halls de tours HLM ou autour de bancs publics21 – au cours desquels les joutes verbales cocasses et improvisées sont légion. Pendant ces duels humoristiques, les plaisanteries injurieuses (« suceuse », « enfoiré », « enculé », « pédé », « tapette », « pute », « salope »…) représentent une partie des propos légers des humoristes officieux. Si l’humour de la banlieue se montre très souvent féroce, il est censé être sans conséquence : il est surtout produit pour plaire à l’auditoire informel.

En faisant la part belle à un franc-parler souvent très cru – voire trivial –, l’humour délivré par les principaux comiques de l’émission JCC admet une tension entre le français standard et le français populaire22. Ce programme télévisuel est destiné à un large public ; cependant, les gros mots sont tout de même très présents chez certains. Par exemple, dans l’un de ses sketches, Frédéric Chau prononce notamment les termes connotés suivants : « putain », « merde », « foutre » ou « con ». Par ailleurs, avec l’emploi du verlan, la codification du langage des jeunes habitants des quartiers populaires leur permet, dans un premier temps, d’échanger entre eux tout en excluant de la compréhension – et de la conversation – ceux qui ne maîtrisent pas cet argot urbain23. En effet, la parole qui en découle n’est supposée circuler qu’à l’intérieur de « cercles d’initiés », écartant théoriquement les non-initiés – c’est-à-dire ceux qui en sont étrangers. Cependant, grâce à la relative liberté de ton et de parole médiatique tolérée notamment sur les ondes radiophoniques dédiées à l’expression de la jeunesse (Skyrock, Fun Radio…)24, l’incompréhension linguistique existante entre les classes sociales supérieures et inférieures, bien que toujours présente, s’est plus ou moins réduite.

Un penchant humoristique pour les préjugés ethnoraciaux

Pour que l’émission du JCC touche et s’adresse à un large public, les numéros humoristiques proposés par les comiques sélectionnés tendent à vulgariser les propos qui pourraient être trop fortement imprégnés des codes socioculturels propres à la vie des quartiers populaires. En effet, dans la perspective de ne pas diffuser des plaisanteries trop opaques pour des téléspectateurs étrangers à la vie des cités de banlieue, les comiques du JCC s’improvisent pédagogues dans le but d’expliquer ses us et coutumes et autres spécificités. Cette démarche pédagogique tend à éviter la fragmentation des rires, entre les téléspectateurs des zones périphériques et ceux des centres-villes des grandes agglomérations urbaines – c’est-à-dire entre ceux qui vivent la réalité populaire, multiculturelle et pluriethnique, et les autres qui la connaissent par médias interposés. Cet effort pédagogique est autant en direction des téléspectateurs que des spectateurs – d’ailleurs, l’interaction originelle du stand-up favorise la liaison entre public restreint et public élargi. Par exemple, le comique Frédéric Chau, d’origine asiatique, interprétant un personnage au fort accent chinois, évoque le risque de l’entre-soi sociospatial et socioethnique25 ; pour ce faire, il entame son sketch avec les mots suivants : « Ah, il y a quelques Blancs dans la salle. Ça va les Blancs ? Ça ne fait pas peur ? Non, je dis ça parce qu’il y a beaucoup d’Arabes et de Noirs dans la salle ».

Dans un autre sketch, un autre membre de l’émission, Thomas Njijol, comique d’origine subsaharienne, fait le même constat de l’entre-soi apparent que peut relever le téléspectateur lors de la vision de l’émission, et a fortiori quand le réalisateur de l’émission insiste en sélectionnant les plans montrant un public hilare très métissé : « Un Noir, plus il est pauvre, plus il est [habillé de manière] stylé[e]. D’ailleurs, je remarque qu’il y a beaucoup de gens stylés dans la salle. Tu as du style sista26 ». Quand des faits ou termes employés sont considérés trop obscurs pour un public non averti, et peu au fait des habitudes et du langage des quartiers populaires, l’effort pédagogique est redoublé. Ainsi, pour aborder le comportement de la « michetonneuse des banlieues », la comique Amelle se lance dans une définition accessible afin que chaque (télé)spectateur sache de quoi il est question ; de ce fait, elle dit : « Il y en a qui sont déjà au courant. Bon, pour ceux qui ne sont pas au courant : une michetonneuse, c’est une femme qui se sert de ses charmes pour arriver à ses fins, pour ne plus avoir à travailler ». Dans les nombreuses interviews accordées à la presse écrite, Jamel Debbouze et Kader Aoun, producteurs et chefs d’orchestre de l’émission, en sont venus à cerner le risque de voir leur émission et leurs protégés être les cibles d’une stigmatisation, car victimes d’une étiquette générationnelle, sociale et ethnique indécollable – c’est-à-dire être uniquement perçus comme des jeunes qui parlent aux jeunes, des banlieusards qui parlent aux banlieusards, des non-Blancs qui parlent aux non-Blancs. L’un des deux a ainsi affirmé : « Quand on est Arabe ou Black [cf. Noir], il suffit qu’on ouvre la bouche pour que tout ce qu’on dit soit considéré comme politique […]. Mais on aborde beaucoup d’autres thèmes »27.

Cependant, il n’en demeure pas moins que pour les producteurs de l’émission, comme pour la plupart de ses auteurs comiques, la difficulté a été de mettre sur le devant de la scène l’humour codifié en provenance des quartiers populaires, tout en le rendant plus ou moins accessible à un public « néophyte » en pleine découverte de l’intensité de ces joutes verbales urbaines. Si une « authenticité banlieue » devait apporter une certaine forme de légitimité au programme, son accessibilité fut une condition sine qua non de son éventuel succès. Néanmoins, l’intérêt des médias pour le JCC s’est principalement manifesté à partir du fait suivant : il a permis de donner la parole à un type d’humoristes très peu en vue au sein de la scène comique parisienne de premier plan. D’autre part, pour donner le change au portrait-robot stéréotypé du comique dit issu de l’immigration maghrébine ou subsaharienne, qui écoute de préférence de la musique rap ou r’n’b28, parmi les membres de la troupe menée par Debbouze, quelques-uns – certes, moins nombreux – sont Blancs et d’origine européenne, et revendiquent leur différence ethnique et culturelle aux côtés de Mustapha, Wahid, Yacine ou Mamane. C’est le cas des comiques suivants : Alexis Macquart, Blanche et Dédo. Par exemple, ce dernier se joue de l’image d’Épinal colportée par les médias de masse : dans les cités de banlieue, les individus non-Blancs, ultra-majoritaires et très violents, feraient subir un martyr incommensurable aux Blancs, extrêmement minoritaires et peu agressifs.

Débutant l’un de ses sketches sur un air musical qui est censé être apprécié par les jeunes individus non-blancs des quartiers populaires – c’est-à-dire du rap ou du r’n’b –, Dédo, passionné par un genre musical présumé être préféré par les jeunes individus blancs des classes moyennes et aisées – c’est-à-dire du rock ou du rock alternatif –, affirme sur le ton de la plaisanterie : « Coupe-moi cette pourriture funky [cf. l’air de rap/r’n’b]. Je suis en train de kiffer [cf. prendre du plaisir, apprécier] parce que je suis sûr que tout le monde est en train de se dire : Jamel est pote avec un mec qui écoute du hard rock ? Le traître. [Ce n’est] pas facile pour moi d’avoir le look que j’ai [cf. il est vêtu d’une tenue sombre et arbore de longs cheveux caractéristiques du fan de hard rock]. Et surtout, là où je vis. Ouais, parce qu’en plus, avec le look que j’ai, j’habite dans le 93 [cf. le département de la Seine-Saint-Denis]. Le 93, si vous voulez, c’est le Bronx français. Il y a une personne qui se fait agresser toutes les sept minutes. Cette personne, c’est moi. Et le plus marrant, c’est que j’ai acheté une maison là-bas. Ouais, j’aime bien les challenges […]. Avant, on me traitait d’homo[sexuel], maintenant de sataniste […]. Mais bon, c’est sympa la banlieue. À force, je m’y sens chez moi. Oh ! Il y a des belles balades à faire si t’as un tank ». Plus que l’envie de créer un décalage entre des humours issus de diverses sensibilités ethnoculturelles, l’un des objectifs des deux producteurs était de susciter un mélange de différents points de vue culturels ; dans un entretien accordé à un quotidien national, ils arguaient : « Dans un contexte où on a tendance à monter les gens les uns contre les autres, on tenait à la mixité. Alors on a pris des filles, des Chinois, des juifs, des Arabes, des Noirs, des bourgeois... Mais ce ne sont pas des rebeus [cf. verlan du mot Beurs, Français d’origine maghrébine] ou des Noirs qui s’expriment. C’est l’inverse : [ce sont] des gens qui parlent, or ils se trouvent qu’ils sont Beurs ou Noirs »29.

La dérision concourt très souvent à faire rire en flirtant avec les idées racistes, sexistes ou homophobes, généralement inacceptables et politiquement incorrectes30. Par ailleurs, de nombreux sketches des humoristes du JCC exposent la parole de ceux qui ressentent le « désarroi de ne plus avoir d’avenir », des individus qui se reconnaissent autour du « sentiment partagé d’injustice »31. Nombre des personnages comiques interprétés par les humoristes de l’émission télévisée représentent des individus stigmatisés sous l’étiquette réductrice de « classes dangereuses » – celles-ci représentant des personnes blâmées pour être les principaux producteurs d’insécurité sociale dans les espaces urbains. Mais ces personnages dépeints symbolisent également les couches sociales économiquement défavorisées et ethniquement discriminées. Ainsi, Patson, d’origine subsaharienne, propose un dialogue entre un policier blanc et un automobiliste noir :

  • – « Bonjour, police nationale. Visiblement, vous n’êtes pas handicapé. Pourquoi vous vous garez [sur] une place [pour] handicapés ? »

  • –« Mais tu crois qu’être Noir en France, ce n’est pas un gros handicap ? »

Pour sa part, Fabrice Éboué, métis, soutient ironiquement dans un sketch l’existence d’une hiérarchie ethnoraciale, institutionnalisée dans les faits et normalisée dans les esprits, tant chez les « dominants » (Blancs) que chez les « dominés » (non-Blancs) : « Moi, je dis qu’il n’y a pas trop de racisme en France. Le vrai problème, c’est […] le complexe d’infériorité géographique. Plus tu viens du Sud, plus tu as l’impression d’être en dessous [cf. soumis]. Du coup, les Européens sont supérieurs aux Maghrébins, qui sont supérieurs aux Noirs africains, qui sont supérieurs aux phoques et aux ours polaires. Non, mais les Noirs sont un peu la dernière roue du carrosse ». Cette critique humoristique du racisme institutionnalisé en France – tantôt visible, tantôt invisible – tourne en dérision le rejet d’autrui pour cause de couleur de peau non-blanche ou de culture non judéo-chrétienne. Quand le comique Thomas Njijol estime que « l’équipe de France de football ressemble de plus en plus à l’équipe du Zimbabwe », Dédo parle du racisme ordinaire des Français blancs qui ne veulent pas reconnaître leur attitude xénophobe : « Il y a des gens qu’on emmerde encore plus que les personnes qui s’habillent en noir. [Ce sont] les Noirs. Moi, j’ai un pote Black, [et] on n’arrête pas de lui dire : “Retourne dans ton pays” […]. Mais, mon pote, il est Français. Il est chez lui. Vous croyez que c’est quoi son pays : la “Noirie” ? Ça, c’est la France, ça. Si vous dites à quelqu’un qu’il est raciste, il va vous dire : “Non, c’est pas vrai. Ça m’étonnerait bien. Je bois du café arabica, j’aime bien Kirikou32”. Non […], il faut arrêter les amalgames ».

La tchatche, ou comment rire de situations vécues

De même que les boutades centrées sur la communauté confessionnelle juive peuvent paraître antisémites lorsqu’elles sont produites par des non-juifs33, de même les plaisanteries focalisées sur les individus non-blancs d’origine africaine peuvent être perçues comme racistes quand elles sont exposées par des individus blancs. Il est vrai que la troupe du JCC affiche plus facilement une parole « décomplexée sur les cultures d’origine et leurs clichés »34, car parmi ses membres, plusieurs sont issus de ces diverses origines, et donc bien placés pour connaître et dire les difficultés rencontrées par les individus non-blancs ou non-caucasiens. Plusieurs d’entre eux, à commencer par Jamel Debbouze, nés dans des milieux sociaux où la réalité pluriconfessionnelle, multiethnique et multiculturelle est prégnante, sont habitués à relativiser et à plaisanter de leurs différences et de celles de leurs proches complices. Forts de ce vécu, certains d’entre eux n’hésitent pas à tourner en dérision les stéréotypes et autres stigmatisations qui réduisent les quartiers populaires à de simples lieux de violence gratuite. Toutefois, l’autodérision a un risque : dans l’intention louable de contester, de manière consciente, une posture intolérante et raciste pour en ériger une autre qui soit tolérante et antiraciste, le danger est de diffuser l’inverse de manière inconsciente. Censée dénoncer certains maux sociétaux, ladite autodérision peut ainsi renforcer les clichés qui discriminent d’un point de vue ethnique, culturel ou confessionnel35.

La plupart des humoristes du JCC s’appuient sur les principaux poncifs concernant les jeunes de banlieue (violence banalisée, faible niveau d’instruction…) : par exemple, l’un d’entre eux, avouant qu’il vit dans une cité HLM « dangereuse », dit que son obsession d’enfant était de rester en vie (Dédo) ; un autre prête à un philosophe une expression proférée en fait par un rappeur (Fabrice Éboué). Suivant une logique comique ethnicisée et culturalisée, un autre comique d’origine chinoise parle d’ateliers clandestins et de restaurants asiatiques, ou encore un humoriste d’origine camerounaise devise sur l’oisiveté nonchalante et la corruption généralisée au sein des pays africains. Cette démarche humoristique part d’un principe simple : pour faire rire un large public, les blagues et les jeux de mots proposés doivent être compris aisément et, si possible, rapidement. Donc, les histoires comiques développées doivent correspondre à des événements, personnalités ou discours connus de la majorité de l’audience ciblée et captée. Les moments comiques présentés sont pour ainsi dire piochés dans un socle commun de connaissances et d’idées basiques ou sommaires. La plupart des comiques du JCC reprennent donc à leur compte – pour mieux les détourner – les thématiques relatives aux dérives qui sont supposées caractériser médiatiquement l’individu non-blanc, de sexe masculin, d’origine extra-européenne, habitant la banlieue populaire et de culture non judéo-chrétienne36 : c’est le cas des violences physiques dont font l’objet les « braves gens honnêtes »37, des viols collectifs38 et autres comportements sexistes ou machistes39 dont sont victimes les « beurettes des cités », des injures verbales et des agressions physiques homophobes dont sont la cible les homosexuels des quartiers pauvres40, du repli ethnocommunautaire favorisé par les populations d’origine africaine ou asiatique41.

Ainsi, s’ils rient volontiers de l’image communautaire postcoloniale que leur renvoient les médias, les humoristes du JCC n’hésitent pas à ironiser autour des sélections thématiques stéréotypées desdits médias. Par exemple, Amelle, comique d’origine maghrébine, effleure le thème du mariage forcé au sein de la communauté maghrébine : « Je me dis que, même pour moi, le mariage s’annonce comme une grande galère. [Du] coup, ma mère s’est décidée : [elle] s’occup[e] de moi pour forcer un petit peu le destin. Elle organise des dîners-surprises tous les week-ends à la maison, pour que je rencontre [du] peuple. Elle a un de ces réseaux, ma mère […]. Elle doit certainement connaître quelqu’un à la Cotorep42 du bled [cf. dans son pays d’origine, au Maghreb] ». Pour sa part, le comique Patson évoque le thème de l’entre-soi ethnoracial présent au sein de la communauté subsaharienne en France : « Quand on m’a dit que j’allais faire l’émission [cf. le JCC], j’étais trop d’accord. J’ai dit : “Ouais”. Tout le pays a acheté une télévision. Ils m’ont accompagné jusqu’au métro. Parce que moi, je viens du pays pour jouer ici […]. Mon pays, […] c’est Montreuil [cf. la commune de Seine-Saint-Denis] : la capitale économique de Bamako [cf. la capitale du Mali]. Parce que, [chez] nous, à Montreuil, on n’est pas dans votre euro [cf. la devise monétaire]. Nous, c’est franc CFA [cf. la devise monétaire malienne]. Il n’y a pas de conversion ». De son côté, l’humoriste Noom parle de l’homophobie considérée honteuse parmi les jeunes des cités : « Il y a beaucoup plus de gays aujourd’hui […]. Même chez les cailleras [cf. les racailles ou lascars des cités], il y a des gays. Si, si. Mais jamais ils n’avoueront. Ce n’est pas une question de honte ; c’est une question de survie. Ce n’est pas comme à Paris, où le gay […] est fier. C’est normal : à Paris, [quand] tu fais ton coming-out, tu as une prime de la mairie, alors qu’en banlieue, tu as une prime mais […] sur ta gueule ». Quant à l’humoriste nommé le Comte de Bouderbala, évoquant le climat de violence dans les établissements scolaires des banlieues populaires, il souligne : « C’est vrai qu’on parle beaucoup [de] violence à la télé. Mais moi, je pense que la violence naît à l’école […]. Moi, je vous parle de ça parce que j’ai été prof[esseur] remplaçant dans le quartier le plus dangereux de Saint-Denis [cf. la commune de Seine-Saint-Denis]. Prof remplaçant, en fait, le principe est simple. C’est comme dans les matches de foot[ball] : tu t’échauffes sur le côté en attendant qu’un titulaire se fasse “tacler” [cf. frapper] à la gorge […]. Moi, maintenant, j’ai fait installer un rétroviseur entre ma tête et mon épaule. Ça vous dit peut-être rien, mais [cela] m’a servi plus d’une fois quand j’étais au tableau [de la salle de cours] ».

Hormis l’exploitation humoristique de thèmes dramatiques qui, tant dans le discours sociopolitique que sociomédiatique, généralisent la vie et le comportement des jeunes des quartiers populaires, les comiques du JCC exploitent également le critère de la condition modeste ou des approximations linguistiques lors de la construction de leurs personnages. Plus précisément, les particularités stigmatisantes43 qui définissent négativement immigrés et étrangers sont peu ou prou reprises pour aborder des situations drôles et amusantes. Ainsi, par l’intermédiaire de certains de ses personnages, la comique Amelle dissémine dans ses textes de nombreuses fautes de français, et s’exprime avec un fort accent maghrébin : par exemple, au lieu de prononcer les mots « pilote » et « tu », un de ses personnages prononce « piloute » et « ti » ; en lieu et place de l’expression « comme dit le dicton », son personnage dit « comme le dit l’expression de la phrase ». Par ailleurs, le comique Noom, interprétant un jeune de cité qui s’apprête à saluer des amis et à prendre de leurs nouvelles, dépeint humoristiquement les expressions, la gestuelle, la diction et l’accent communément prêtés aux banlieusards : « Wesh, ma gueule, tranquille. Ça va ma couille. Ouais, tranquille ». Telle une réponse aux sketches d’Amelle et de Noom, celui de Patson décrit la situation d’échec scolaire connue par certains élèves français d’origine subsaharienne : « Quand je suis arrivé [cf. en France], j’ai commencé par le CP [cf. le cours préparatoire, première année de l’école élémentaire]. J’étais le plus jeune de la classe : [j’avais] neuf ans44. Parce qu’il y avait des Mamadou, des Sissoko, de quinze-seize ans ».

Conclusion

Dans un univers audiovisuel qui habitue le téléspectateur à des moyens techniques conséquents, le JCC détonne par la modestie du dispositif de son plateau télévisuel. Dans le but de coller au plus près à la simplicité matérielle des spectacles du music-hall ou du café-théâtre, un seul micro circule d’un humoriste à l’autre ; de plus, un rideau rouge et le faisceau d’un projecteur de poursuite apparaissent. L’émission emprunte ainsi les techniques des plans standardisés de la réalisation des spectacles de one-(wo)man-show diffusés à la télévision et disponibles en vidéo, notamment avec l’utilisation du champ-contrechamp. Ce traditionalisme propre aux spectacles de la scène comique française semble être renforcé dans la perspective d’installer les performances du JCC dans une lignée humoristique classique (de Raymond Devos à Muriel Robin). Cependant, le contenu discursif du programme télévisuel étudié est loin d’être anodin, car en décalage avec l’idéal républicain français. Construit autour de « monologues faussement (ou en partie) improvisés en relation avec l’actualité, la politique et les grands thèmes de société »45, il propose en effet des « vannes interethniques qui, sorties du cercle multicommunautaire, seraient probablement irrecevables »46. Au regard des textes de la plupart des chansonniers de l’« ancienne école » (Jean Amadou, Pierre Douglas…), la troupe des tchatcheurs du JCC, représentant dans un certain sens la « nouvelle école », apporte une certaine originalité dans le milieu humoristique français. Peu étonnant alors qu’un risque de « ghettoïsation scénique » guette ceux qui renouvellent le genre, en introduisant un rythme, un phrasé, une gestuelle et un langage différents, mais surtout des thématiques jusqu’ici occultées, évitées ou survolées.


Notes

1. Né en 1975 de parents d’origine marocaine, Debbouze a vécu une dizaine d’années dans une banlieue populaire d’Île-de-France (Trappes). Auteur dans les années 1990 de saynètes comiques diffusées sur les ondes radiophoniques (Radio Nova) et sur le petit écran (Canal Plus), il connaît depuis le succès sur scène (notamment avec Jamel 100 % Debbouze, 2003) et au cinéma (notamment avec Astérix et Obélix : mission Cléopâtre, 2002).

2. D’une durée de trente minutes, l’émission, créée en 2006, fut diffusée les samedis à 20 heures durant l’été (juillet-août). Notons que le programme a été rediffusé de manière irrégulière de 2006 à 2008 sur les différentes chaînes du groupe Canal Plus. Loin d’être un succès d’audience de grande importance, l’émission représente pour la chaîne cryptée une « vitrine », qui est censée symboliser son intérêt pour la notion d’égalité des chances – en effet, durant les événements de novembre 2005, le chef de l’état de l’époque a rencontré et exhorté les patrons des principales chaînes audiovisuelles à « accueillir les minorités » (voir Le Monde du 24 novembre 2005).

3. C’est notamment le cas de deux émissions télévisées : Le Petit Rapporteur (diffusé au milieu des années 1970) et Ainsi, Font, Font, Font (diffusé entre la fin des années 1980 et le début des années 1990). Animés par Jacques Martin, ces deux programmes humoristiques ont mis en avant des personnalités comiques essentiellement blanches (Pierre Desproges ou Daniel Prévost pour l’une, Laurent Gerra ou Laurent Ruquier pour l’autre).

4. Pour le reste de l’article, nous utiliserons les initiales du nom de l’émission.

5. Le verlan, signifiant l’envers, est un argot consistant à inverser les syllabes d’un mot. Par exemple, zen pour « nez » (« Il a un gros zen »), véner pour « énerver » (« Il est trop véner »), oilpé pour « à poil » (« Elle est à oilpé »), chébran pour « branché » (« C’est une mode chébran ») ou tipar pour « parti » (« Il est enfin tipar »).

6. Watkins, Mel, On the real side. A history of African American comedy, Lawrence Hill Books, 1999 [Google Scholar].

7. Hoggart, Richard, La culture du pauvre, Minuit, 1970 (1957), pp. 115-146 [Google Scholar].

8. Geertz, Clifford, Ici et là-bas. L’anthropologue comme auteur, Métailié, 1996 (1988), pp. 9-30 et pp. 129-146 [Google Scholar].

9. Fanon, Frantz, Peau noire, masques blancs, Seuil, 1971 (1952) [Google Scholar].

10. Maurin, Eric, Le ghetto ethnique. Enquête sur le séparatisme social, Seuil, 2004, pp. 29-34. [Google Scholar]

11. Gladys Andrade Grimaldos, Le plurilinguisme spontané des habitants de Belleville et de la Goutte d’Or (Paris), Presses Universitaires du Septentrion, 2002.

12. Goudaillier, Jean-Pierre, Comment tu tchatches ! Dictionnaire du français contemporain des cités, Maisonneuve et Larose, 1997, pp. 8-9 [Google Scholar].

13. Notons qu’en plus du mot « kiffer », l’édition 2006 du dictionnaire Le Petit Robert a intégré un nombre non négligeable de mots issus du verlan, tels que « meuf » (cf. femme ou fille), « teuf » (cf. fête ou distraction) et « keuf » (cf. policier ou gardien de la paix). Le dictionnaire a aussi accueilli certaines expressions populaires, comme « on va se la péter » (cf. on se vantera), « total respect » (avec tous mes/les/nos égards) et « ça déchire » (cf. c’est bien).

14. Seguin, Boris et Teillard, Frédéric, Les Céfrans parlent aux Français. Chroniques de la langue des cités, Seuil, 1998 [Google Scholar].

15. Pasquier, Dominique, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Autrement, 2005, pp. 74-78 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

16. Yacine, un des membres du JCC, estime qu’il est déplacé de s’intéresser « d’abord à d’où tu viens, plutôt qu’à ce que tu fais […]. C’est une étiquette collée facilement par des journalistes qui s’ennuient ». Lire son interview publiée dans le journal communal de sa ville natale, La Courneuve : Yann Lalande, « Je trouve ça déplacé quand on s’intéresse d’abord à d’où tu viens, plutôt qu’à ce que tu fais », Regards, n° 239, mai 2007.

17. Ronan Chastellier, Marketing jeune, Village Mondial, 2003, pp. 135-138. Voir également l’article de presse suivant : Rosita Boisseau, « Les panoplies de la rue », Le Monde, 29 mars 2003.

18. Lepoutre, David, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Odile Jacob, 1997, p. 157 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

19. Ibid., p. 138.

20. Dont l’âge s’échelonne, grosso modo, de 12-13 à 24-25 ans.

21. Employée par les jeunes habitants des grands ensembles de banlieue, l’expression populaire « tenir les murs » cristallise les moments lors desquels certains passent leur temps libre à ne rien faire de particulier, si ce n’est parler de tout et de rien, se moquer des uns et des autres, ou simplement « refaire le monde ».

22. Valdman, Albert, « La langue des faubourgs et des banlieues : de l’argot au francais populaire », The French Review, vol. 73, n° 6, mai 2000, pp. 1179-1192 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

23. Calvet, Louis-Jean, L’argot, Presses Universitaires de France, 1999 (1994), p. 7 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

24. Fievet, Anne-Caroline, « Le français contemporain des cités dans les émissions des radios jeunes », Adolescence, n° 59, n° 1, 2007, pp. 125-131 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

25. Agnès Villechaise-Dupont, Amère banlieue. Les gens des grands ensembles, Grasset, 2000, pp. 124-137.

26. Le terme anglophone sista est le slang (argot anglais américain) du mot de l’anglais standard sister, qui signifie « sœur » en français. Toutes proportions gardées, le slang est à la langue anglaise ce que le verlan est à la langue française.

27. Broizat, Florence, « La nouvelle tchatche », n° 2974, Télérama, 15  invalid month 2006 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

28. L’acronyme signifie rhythm and blues.

29. Constant, Caroline, « Jamel Debbouze, dénicheur de talents », L’Humanité, 21 juillet 2006 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

30. Feuerhahn, Nelly, « La dérision, une violence politiquement correcte », Hermès, n° 29, 2001, pp. 187-196 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

31. Castel, Robert, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Seuil, 2003, pp. 48-49 [Google Scholar].

32. Kirikou est le personnage principal de deux films d’animation français, Kirikou et la sorcière (1998) et Kirikou et les bêtes sauvages (2005). L’histoire prend place dans des villages traditionnels africains.

33. Klatzman, Joseph, L’humour juif, Presses Universitaires de France, 1998 [Google Scholar].

34. Broizat, Florence, « La griffe Jamel », n° 2974, Télérama, 13  invalid month 2007 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

35. Olivier Mongin, De quoi rions-nous ? Notre société et ses comiques, Plon, 2006, p. 29.

36. Rigouste, Mathieu, « Le langage des médias sur les cités : représenter l’espace, légitimer le contrôle », Hommes et Migrations, n° 1252, novembre-décembre 2004, pp. 74-81 [OpenURL Query Data]  [Google Scholar].

37. Voir Le Monde du 17 décembre 2000 et du 2 novembre 2006.

38. Voir Le Monde du 25 octobre 2002 et du 4 février 2004.

39. Voir Le Monde du 24 avril 2001 et du 29 septembre 2002.

40. Voir Le Monde du 24 juin 2001 et du 29 janvier 2006.

41. Voir Le Monde du 12 février 2003 et du 6 juillet 2004.

42. La Cotorep (Commission technique d’orientation et de reclassement professionnel) est chargée de gérer les problèmes liés à l’insertion et à la réinsertion professionnelle des personnes handicapées.

43. Dans le sens de la sociologie goffmanienne du stigmate ; voir Erving Goffman, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Minuit, 1975.

44. Théoriquement, l’âge d’entrée au cours préparatoire est fixé à six ans.

45. Renaud Machart, « Le Jamel Comedy Club joue à domicile », Le Monde, 19 avril 2008.

46. Ibid.